Nicolas Kayser-Bril, data-journaliste

VIDEO. Nicolas Kayser-Bril est jeune et il cherche à vivre du journalisme. Comme des centaines d’autres. Mais celui-là a de l’or dans les doigts : des idées excellentes, un talent pour se faire ouvrir les portes et dénicher les données qui l’intéressent, des compétences en programmation et surtout l’art de mettre tout cela à profit pour créer des outils interactifs et malins. NKB nous parle de son métier : data-journaliste…

Le  genre journalistique a fait ses preuves aux Etats-Unis et aussi outre-Manche. Quelques exemples :

- Data & Taxes 2010, par WallStats.com (site de Jess Bachman, 28 ans). Répartition du buget fédéral américain, révélant les véritables « priorités » de l’administration US.

- EveryBlock, du journaliste Adrian Holovaty, qui vous permet de connaître les crimes et comportements antisociaux  qui ont eu lieu près de chez vous (on peut apprécier l’outil et réprouver les fins, of course)

- Crime Mapper, une moulinette de la britannique National Policing Improvement Agency (!!) , pâle copie de la précédente.

- Stock Ticker Orbital Comparizon, qui utilise la métaphore d’un système planétaire pour représenter les valeurs de l’indice S&P500.

(Bon, il y en a des centaines d’autres…)

Ce que ces outils très différents ont en commun c’est qu’ils nous permettent à vous et moi d’apprécier des bases de données plutôt mastoc grâce à une interface ludique, pratique ou simplement agréable à regarder. Avec en plus un côté interactif qui en fait tout l’intérêt par rapport à un simple graphique en deux dimensions.

En France pourtant (quelle surprise), ce type de documents interactifs a bien du mal à convaincre les sites des grands journaux et même les site d’infos « pure players » sur le web. Je n’en connais qu’un : la Carte de la crise sociale de Mediapart, en fait un simple « mashup » de GoogleMaps, renseigné par la rédaction et régulièrement mis à jour.

Et qui c’est d’après-vous qui se trouve derrière ce classement des députés cumulards sur Le Monde/Le Post  ? Un certain NicolasKB…

Si vous connaissez d’autres exemples de dataJ français, je suis preneuse!

Pour faire connaître son boulot, Nicolas a donc créé son propre blog, Windows on The Media. Il publie aussi sur le site d’Owni et a quelques projets en cours, notamment pour le Monde.fr.

Ce petit gars aurait-il 10 ans d’avance ? Manifestement les promoteurs ne se bousculent pas au portillon. Quelques contacts sont en vue, mais rien de très consistant pour le moment. Le data-journalisme ne nourrit pas encore son homme.

Pour le contacter sur Twitter : @nicolasKB

Cet article est en relation avec :
  • Facebook
  • Twitter
  • del.icio.us
  • Digg

3 Réponses à cet article

  1. En clair, il s’agit d’infographie malines, où le journaliste se fait aussi technicien? Moins de blabla, des données brutes? Comme cette carte municipale des homicides établie par le Baltimore Sun (USA)

    http://essentials.baltimoresun.com/micro_sun/homicides/index.php?range=2009&district=all&zipcode=all&age=all&gender=all&race=all&cause=all&article=all&show_results=Show+Results

    La, encore mieux, tous les délits et crimes répertoriés, du tapage nocturne à l’agression sexuelle en passant par les braquages, sur la ville et la comté

    http://data.baltimoresun.com/crime/baltimore_county/

    je me suis souvent demandé si en France on serait capable de faire ce genre de choses.

  2. Un début de réponse avec ce blog bordélique et bizarre

    http://www.riskinparis.com/

  3. Maxime,

    Merci pour les liens.

    Je suis pas sûr que le terme d’infographie maline corresponde. On est pas obligé de passer par une visualisation pour ajouter de la valeur à des données.

    Une appli de recommandation (par exemple QuelCandidat.com en 2007) n’a pas besoin d’interface graphique. Mais ça aide :)

Laisser une réponse

Copyright © 2009 La voix du dodo est propulsé par WordPress
Suivez les parutions via RSS
Ou seulement les commentaires.

Sitemap