Hack The Press, les pirates de l’info se cherchent encore

Prenez des journalistes web, ajoutez une bonne dose de geeks, un zeste de designers, quelques dessinateurs, JRI et autres spécialistes des bases de données. Secouez, laissez mijoter quelques heures…. Si tout se passe bien vous obtiendrez en fin de journée une émulsion détonante de nouveaux formats d’information. Des trucs jamais vu qui déchirent, mixant des contenus à haute valeur ajoutée à des standards totalement révolutionnaires, du rich média, des interfaces  et de l’infographie en veux-tu en voilà… Il  faut le reconnaître, la promesse de Hack The Press avait de quoi foutre les jetons à l’ensemble de la profession.

Rien que le nom m’a fait dresser les poils, c’est dire. En plus, l’événement qui se tenait mardi dernier à la Cantine à Paris était organisé par Owni, la rédaction web qui monte dans ce que l’on peut appeler le « journalisme alternatif ». Et réunissait la crème de l’info sur le web : Rue89, la Netscouade, Mediapart, Umaps, StreetPress, et un duo d’indépendants : David Castello-Lopes et Pierre Bance. Les sujets traités sont ici.

Les objectifs de ce brainstorming géant : « repenser les pratiques du journalisme en ligne » et remettre à plat les « standards » de la mise en scène de l’information. Yihaa ! Déroulement de la journée : tout le monde sur le pont à 10h du mat’. Remise des sujets aux différentes équipes, récupération des copies à 18h30 suivi de leur visionnage devant un jury. Pour finir, remise d’un prix (un minitel) à l’équipe la plus innovante. On allait voir ce qu’on allait voir.

Devant une telle attente, on s’est forcément retrouvés un peu dubitatifs au visionnage du reportage gagnant : « Les colons peuvent-ils hacker la paix ? ». Ce « BD-Reportage multimédia pour smartphones et tablettes » était réalisé par l’équipe de StreetPress , au demeurant l’un des sites espoirs du journalisme web.

Ce que j’ai aimé : le dessin introduisant les entretiens vidéo, représentant la personne interviewée face aux journalistes. A mon sens la seule nouveauté sympa de cette appli.

Ce qui m’a gêné : l’utilisation du dessin pour illustrer les tergiversations de l’équipe de StreetPress devant son sujet, les interviews vidéo somme toute très classiques avec le sujet plein cadre, l’absence totale d’interactivité et de datavisualisation (une des promesses de Hack the Press).

Voilà, à la fin du reportage je l’avoue, je me suis demandé « so what ? ».

Impression étrange, car personne n’a démérité chez StreetPress : les développeurs ont pondu une belle appli pour smartphone avec défilement latéral des images (iPhone style), le correspondant en Israël a produit des interviews nickel, le dessinateur a bien croqué (même si le pauvre avait peu de choses à se mettre sous la dent). Mais quel intérêt pour l’info que cette juxtaposition de contenus et de médias différents introduits au chausse-pied dans une (superbe) appli ?

Tout cela me semble manquer d’un peu de recul, de réflexion sur le traitement de l’info et sur la pertinence de chaque média dans la fabrication d’une info « enrichie » mais cohérente. Or la réflexion c’est du temps. Irais-je jusqu’à dire qu’il faut un peu plus de huit heures pour révolutionner les standards du journalisme web ?

Tout de même, rendons à Owni ce qui est à Owni. Même en voulant aller vite pour faire le buzz, les « digital journalists » de la soucoupe ont rempli leur contrat : mettre en réseau des compétences, mélanger les genres et démontrer que le journalisme web ne peut se passer de la technologie et vice versa. Toute initiative allant dans ce sens est à saluer, surtout lorsqu’elle est bien médiatisée.

La bonne nouvelle de Hack The Press c’est que deux mondes (journaleux et geeks) commencent à prendre plaisir à travailler ensemble. La graine est plantée, laissons-lui le temps de pousser et de donner de beaux fruits. Patience…


_________________________________________

D’autres exemples de reportages réalisés à Hack The Press :

- Une infographie participative de Rue89. Impressionnant, mais attention aux turbulences (oh mon dieu où ont-ils mis les sacs à vomi?)

- Une enquête participative plutôt réussie d’Owni sur les grossesses adolescentes.

>> Cette journée était aussi l’occasion de voir deux conférences passionnantes, la première sur des mashups et applis réalisées par différentes rédactions, la seconde sur le datajournalisme ou journalisme de données. Résumé sur le site d’Owni à lire ici et ici, en attendant la livraison des vidéos.

  • Facebook
  • Twitter
  • del.icio.us
  • Digg

Une réponse à cet article

  1. > Une infographie participative de Rue89. Impressionnant,
    > mais attention aux turbulences (oh mon dieu où ont-ils mis les sacs à vomi?)

    Promis, la prochaine fois on apporte des sacs pour les petites natures ;-)

Laisser une réponse

Copyright © 2009 La voix du dodo est propulsé par WordPress
Suivez les parutions via RSS
Ou seulement les commentaires.

Sitemap